La valorisation professionnelle par la formation

Dans le cadre du plan de relance, la FEHAP a obtenu des financements supplémentaires à hauteur de 74 millions d’euros. À ce titre, l’AHB a bénéficié de fonds exceptionnels afin de permettre à des salariés de bénéficier du dispositif Pro A.

Dispositif pro A, c’est quoi ?

Un dispositif qui permet la reconversion ou la promotion par alternance et qui a pour objet de permettre au salarié de changer de métier ou de profession, ou de bénéficier d’une promotion sociale ou professionnelle par des actions de formation ou par des actions permettant de faire valider les acquis de l’expérience mentionnées à l’article L. 6313-5.

Grâce à ces fonds et suite au recensement « Aide-Soignant » et « Accompagnant Educatif et Social » effectué en avril 2021 par le service formation, 4 candidats ont été sélectionnés pour intégrer la formation d’aide-soignant en septembre 2021 travaillant à l’unité Gauguin, au CCSRA L’Avancée, à la MAS Ker Arthur et à la MAS Ker Dihun.

Ces formations bénéficient d’une prise en charge des coûts pédagogiques, rémunération et frais annexes.

D’autre part, parmi les personnes qui ont manifesté de l’intérêt pour ces formations, 5 autres personnes ont été retenues pour un contrat d’apprentissage : 2 salariés exerçant à la MAS Le Village de Persivien et à la MAS Le Petit Clos ont intégré la formation « Accompagnant Educatif et Social » qui a débutée en septembre dernier.

3 salariés travaillant actuellement au Service Henri Garnier, à l’UMD Christian Codorniou et à la MAS Ker Arthur débuteront la formation « Aide-Soignant » à compter en janvier 2022.

L’AHB aura atteint le seuil de 12 salariés en apprentissage depuis le 1er janvier 2020 et étendu l’apprentissage aux services transversaux en accueillant une apprentie au service comptable et au service des Ressources Humaines.

Focus : maître d’apprentissage et tuteur

Pour que l’alternance des périodes passées en organisme de formation et celles en entreprise se déroule bien et que le bénéficiaire acquiert les savoirs et savoir-faire, il bénéficie d’un double suivi. Un suivi par un référent au sein de l’organisme de formation et un suivi par un tuteur en entreprise. Ce dernier veille à l’intégration du bénéficiaire dans la structure et à l’acquisition des savoir-faire par l’exécution des missions qui lui sont confiées.

Dans le cas du contrat d’apprentissage, nous parlons de maître d’apprentissage plutôt que de tuteur.

Le tuteur/maître d’apprentissage a pour missions d’accueillir, d’aider, d’informer et de guider le bénéficiaire du contrat. Il veille au respect de l’emploi du temps de l’alternant, organise l’activité de l’alternant dans l’entreprise contribue à l’acquisition des savoir-faire professionnels, assure la liaison avec l’organisme de formation. formalise le suivi personnalisé du bénéficiaire dans un document (cahier de suivi, par exemple) et participe à l’évaluation du suivi de la formation. Les missions sont formalisées et doivent pouvoir être présenté en cas de contrôle par les agents de l’État.

À ce jour, L’AHB compte 15 salariés maîtres d’apprentissage répartis sur l’ensemble de ses établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux. Pour cet accompagnement, le maître d’apprentissage est rémunéré 70€ bruts par mois complet et par salarié encadré (dans la limite de 2).

Merci à ceux qui se sont déjà engagés dans cette démarche.

Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience utilisateur et de réaliser des statistiques d’audience.
J'accepte Je refuse En savoir plus